Vente privée Dimanche 13 Mai 2018 à Lyon

Dimanche 13 Mai 2018

Publicités

Cuisiner avec les huiles essentielles

Loin d’être réservées aux professionnels de la restauration, les huiles essentielles peuvent être utilisées même par les débutants. Le tout est de tenir compte certaines précautions et de respecter les dosages. Ne vous reste plus qu’à partir à la découverte de cette manière de cuisiner très tendance et qui titille les papilles par les richesses et les subtilités de ses arômes.

Pratiques et peu encombrants, les flacons d’huile essentielle ont parfaitement leur place dans notre cuisine. Ces huiles présentent une excellente alternative naturelle aux arômes industriels. Elles nous permettent de retrouver les saveurs des herbes, agrumes et épices hors saison. Que de bonnes raisons pour les adopter !

Quelques associations

  • L’huile essentielle de menthe poivrée peut être incorporée, entre autres, aux recettes de mousse au chocolat, vinaigrette, potage à la courgette.
  • Celle de bergamote s’adapte parfaitement aux  biscuits sablés ainsi qu’aux compotes de fruits.
  • Pour vos yaourts, riz au lait et gâteau, vous pouvez ajouter une note maîtrisée d’acidité avec l’huile essentielle de citron.
  • L’huile essentielle de basilic est quant à elle indiquée pour relever le goût de la sauce tomate et de la purée.
  • Vous pouvez également miser sur l’huile essentielle de cannelle pour enrichir le goût d’une crème anglaise.
  • L’huile essentielle d’Ylang-ylang est quant à elle particulièrement appréciée dans les recettes de crème glacée, madeleines et salade de fruits.

Les précautions d’emploi

  • La première règle est d’opter impérativement pour les huiles essentielles bio certifiées Ecocert ou Nature & Progrès sous peine d’ingérer un concentré de produits chimiques !
  • Comme vous le savez déjà, certaines huiles essentielles sont déconseillées aux femmes enceintes et allaitantes ainsi qu’aux enfants en bas âge. Le mieux donc est d’éviter de les utiliser dans ces cas.
  • Lisez attentivement la notice de votre flacon d’huile essentielle pour savoir si elle s’adapte à un emploi culinaire. En effet, toutes les huiles ne sont pas indiquées à cet usage.
  • Les huiles essentielles, très concentrées, ne doivent jamais être avalées pures. Elles doivent impérativement être diluées dans une substance liquide grasse ou sucrée. Pour ce qui est du dosage, il est très important de suivre à la lettre les indications de la recette. Dans le doute, contentez-vous d’une goutte par plat. Nous vous recommandons d’ailleurs de ne pas verser votre huile essentielle directement de la pipette pour éviter qu’une goutte de trop ne rende votre plat impropre à la consommation. Le mieux est de mélanger l’huile à votre substance grasse dans une cuillère avant de l’incorporer à votre plat. Pour les plats cuisinés, nous vous conseillons d’ajouter l’huile essentielle en fin de cuisson afin qu’elle diffuse toutes ses saveurs sans perte d’intensité du fait de la chaleur.

Variez les plaisirs

Les huiles essentielles peuvent être incorporées à toutes les préparations culinaires. Autant dans la marinade des viandes que pour relever le goût des pâtes ou encore pour donner de l’intensité à un gâteau, ajouter des aromes à une boisson… Les possibilités sont quasi-infinies, à vous de donner libre cours à votre imagination et de varier les plaisirs !

source : http://www.santenaturellemag.com

MÉDECINES DOUCES : LA DIFFÉRENCE ENTRE ACUPUNCTURE ET ACUPRESSURE

L’acupuncture et l’acupressure sont deux branches de la médecine chinoise traditionnelle, consistant à aider le corps à se rééquilibrer en travaillant sur des points précis situés sur les trajets des méridiens. Découvrez les principales différences existant entre l’acupuncture et l’acupressure.

Acupuncture et acupressure : ressemblances et différences

Tandis que l’acupuncture se pratique à l’aide de petites aiguilles que le praticien plante sur le corps, l’acupressure, aussi appelée « acupression » consiste à faire le même travail, mais à l’aide des doigts. Ainsi, l’objectif de ces deux pratiques est le même : le rééquilibrage énergétique du corps. La principale différence entre ces deux pratiques est le moyen utilisé pour y parvenir. Dans les deux cas, le praticien établit un diagnostic préalable avant de réaliser la séance, afin de savoir sur quels points il est nécessaire de travailler.

Acupuncture et acupressure : autres différences

Une fois que le médecin acupuncteur a déposé ses aiguilles sur le corps d’une personne, celles-ci agissent toutes seules, alors que le praticien en acupression reste en contact physique avec le patient pendant la séance. Cela permet donc au praticien d’approfondir son diagnostic, grâce à son ressenti par le toucher. Enfin, pour pouvoir pratiquer l’acupuncture en France, il est nécessaire d’exercer en tant que médecin, tandis que l’acupression peut être pratiquée par n’importe quel praticien.

 

source : http://www.medisite.fr

GINKGO BILOBA : UN ARBRE AUX NOMBREUSES VERTUS

Le Ginkgo Biloba est le plus vieil arbre sur Terre. Datant d’avant le jurassique, les bienfaits de l’arbre aux mille écus ne sont pas à négliger !

ORIGINE

fruits gingko bilobaLe Ginkgo Biloba est un arbre originaire de la famille des Ginkgoaceae. Cet arbre est en majorité présent dans le sud-est de la Chine comme le Goji. Plus précisement dans les Monts Tianmushan. C’est un arbre très résistant aux chocs et changements de température. Mais il n’a pas survécu à l’air glacière en Europe, c’est pour cela qu’on le cultive. Il existe des arbres males et femelles. Les femelles sont porteuses deminuscules baies jaunes comestibles.

Le Ginkgo Biloba est utilisé en Médecine Traditionnelle Chinoise. Au début, on utilisait ses fruits pour se nourir et se soigner. Puis on a découvert plus tard que ces feuilles avaient beaucoup plus d’impact sur le point de vue médicinal.  Aujourd’hui, on l’utilise dans l‘industrie pharmaceutique mondiale notamment dans les médicaments et les compléments alimentaires.

BIENFAITS

Pour soutirer les bienfaits de cet arbre, les Occidentaux et les Orientaux n’utilisent pas la même façon. En effet, les Occidentaux préfèrent utiliser les feuilles alors que les Orientaux utilisent plutôt les baies ou les graines. Comme la gelée royale, le Ginkgo Biloba possède de nombreux bénéfices :

  • Favorise la circulation sanguise en dilatant les vaisseaux et empèche la coagulation du sang
  • Favorise la mémoire et la concentration
  • Soigne les maux respiratoires comme les bronchites ou l’asthme
  • Résout les troubles urinaires
  • Apaise les brûlures et les engelures
  • Guéri les ulcères et les ecchymoses
  • Agit comme un anti-âge, protège et répare la peau
  • Agit contre les maux de tête, les vertiges
  • Améliore l’audition

Il est le plus souvent utilisé pour les problèmes de circulation cérébrale, artérielle, veineuse et capillaire. Vous pouvez également l’utiliser dans le cadre d’un régime.

POSOLOGIE

Il est possible de le consommer sous différentes formes : décoction, gélules, ampoules, comprimés, extraits liquides, capsules… Autrement dit, il est possible de trouver du Ginkgo Biloba sous toutes les formes possibles. C’est un gros avantage, car contrairement à d’autres compléments alimentaires, vous pouvez le consommer plus facilement et sous la forme qui vous convient le plus.

La prise du Ginkgo Biloba varie donc en fonction de sa forme. Pour les comprimés, gélules et capsules, la dose recommandée est de 120 à 240 mg. Elle doit être consommer en 2 ou 3 fois par jour pendant les repas.

ginkgo biloba complements alimentaires gellules poudre et feuilles

Pour les extraits liquides, 30 à 40 gouttes sont à dilués dans de l’eau. Elles doivent être reparti sur 3 prises à nouveau.

Quant aux tisanes et décoctions, il vous utilise 20 à 40 g de fleurs. Si les fleurs sont séchès alors deux cuillères à café seront sufissantes car elles s’ouvriront lorsqu’elles seront dans l’eau chaude. Si vous avez des problèmes de circulation du sang, prenezplusieurs tasses dans la journée.

 Effets secondaires

Il faut néanmoins faire attention et respectez ses doses. En effet, agissant comme un anti-coagulant, en abuser pourrait provoquer des problèmes. Il existe également certains cas où l’utilisation du Ginkgo Biloba est déconseillé :

  • Femmes enceintes et allaitantes
  • Hémophiles
  • Epileptiques
  • Personnes subissant une opération chirurgicale dans les prochains temps

Si vous abusez du Gingko Baloba, certains effets secondaires basiques peuvent survenir comme des nausées, des maux d’estomac, des maux de têtes ou de l’urticaire. De plus, il est important de ne pas associer les produits à base de cette plante avec l’aspirine et l’ibuprofène. Le plus simple, c’est de demander conseil à votre pharmacien ou à votre medecin avant de prendre des médicaments. Ou d’arrêter de prendre de Gingko Baloba pendant cette période.

COMPOSITION NUTRIONNELLE

Les feuilles et graines de Ginkgo Biloba possèdent une composition nutrionnelle assez intéressante de 182 calories pour 100 grammes. Parmis ces calories, vous trouvez :

53 % Eau
38 % Glucides
4.3% Protéines
1.7% Lipides
2 % Autres substances

Elles sont composées de plusieurs vitamines comme la A, la C, la B, la B6 et la B12. Vous retrouvez également des minéraux et autres oligo-élements comme le fer, le calcium et le magnésium. En soit, les feuilles et les graines sont également nutritives mais ne peuvent composer un repas.

source : http://auregime.fr/ginkgo-biloba-un-arbre-aux-nombreuses-vertus/

Echange de liens

Graines de Chia: 12 bienfaits – Un mode d’emploi

Originaire du Mexique, le chia est une plante de la famille des sauges cultivée depuis des millénaires pour ses graines aux qualités diététiques incomparables. Les graines de chia étaient peu connues et peu consommées en dehors de leur région d’origine, jusqu’au début des années 1990 où leurs vertus ont été reconnues par de nombreux nutritionnistes.

Aujourd’hui, ces petites graines font office de “superaliment” : peu caloriques et riches en nutriments, les graines de chia sont utilisées comme substituts aux produits d’origine animale dans le cadre de régimes végétariens ou végétaliens, ou simplement comme véritable booster de vitalité au quotidien. Découvrons ensemble leurs bienfaits et les multiples utilisations qu’elles proposent.

Forme et composition des graines de chia

Relativement petites et de forme ronde, les graines de chia ont une texture pouvant rappeler celle des graines de pavot. Elles peuvent être de couleur noire, brune, beige, grise ou blanche selon la variété, leur couleur variant également en fonction des récoltes d’une année sur l’autre. Dans tous les cas, leurs qualités nutritionnelles sont très similaires, même si les graines brunes à noires peuvent avoir un goût légèrement plus prononcé.

Très appréciées des végétariens, végétaliens et des sportifs en général, les graines de chia contiennent 23% de protéines en moyenne, dont tous les acides aminés essentiels (AAE), ce qui leur assure un apport équivalent à celui des protéines animales.

Les graines de chia sont par ailleurs riches en oméga-3 (16 à 20%), de bons acides gras que notre corps ne fabrique pas et qui sont indispensables au bon fonctionnement du système nerveux, mais aussi à la concentration et la mémoire. Les oméga-3 ont également une action nourrissante pour la peau et les cheveux. Autre intérêt : les oméga-6, que les graines contiennent à hauteur de 5 à 8%, et qui possèdent des propriétés anti-inflammatoires et participent à la protection du système cardiovasculaire. À elles seule, deux cuillerées à soupe de graines de chia couvrent 100% des besoins journaliers en oméga-3, d’où l’intérêt d’en consommer !

Très riches en fibres (solubles et insolubles, entre 30 et 40%), les graines de chia équilibrent et régularisent le transit intestinal en douceur et aident à la prévention de certains cancers et du diabète de type 2.

Elles apportent également de nombreux minéraux (calcium, magnésium, fer, phosphore et potassium), essentiels au maintien d’une bonne santé. Les graines de chia contenant jusqu’à 5 fois plus de calcium que le lait, elles sont une excellente alternative à la consommation de produits d’origine animale !

Enfin, les graines de chia sont riches en antioxydants et en vitamines (flavonoïdes, vitamines B et E en particulier), qui luttent contre les agressions extérieures liées à l’alimentation industrielle, la pollution et la sédentarité, ainsi que contre le vieillissement cellulaire.

Si les graines de chia sont croquantes consommées telles quelles, elles possèdent par ailleurs, à l’instar des graines de lin ou du psyllium, une capacité de mucilage. Au contact de l’eau, les graines gonflent et prennent une consistance gélatineuse, aux propriétés adhésives et adoucissantes. Comme nous allons le voir ensemble, ce mucilage présente de nombreux intérêts.

12 bienfaits des graines de chia

1. Une bonne santé intestinale

Grâce à leur teneur élevée en fibres solubles et insolubles, les graines de chia constituent un aliment de choix pour la santé de votre appareil digestif. Deux cuillères à soupe (environ 18 g) de graines de chia couvrent à elles seule jusqu’à 20% de nos besoins journaliers en fibres, d’où l’intérêt de les inclure au sein d’une alimentation variée. Elles sont un remède naturel contre la constipation, aident à réduire les inflammations du tube digestif et à maintenir un taux de cholestérol peu élevé. Ses propriétés de mucilage vont créer une masse douce et gélatineuse qui va agir comme une éponge, entraînant avec elles les substances toxiques contenues dans les intestins et protégeant les muqueuses.

2. Une aide à la perte de poids

Malgré leur petite taille, les graines de chia ont un pouvoir rassasiant impressionnant. Tout d’abord, elles constituent une excellente source de protéines et de fibres, essentielles pour calmer la faim. Le tryptophane qu’elles contiennent (un des 8 acides aminés essentiels) possède également un rôle sur la régulation de l’humeur et de la faim. Enfin, en prenant du volume dans l’intestin grâce à leur capacité à former une gelée au contact des liquides, les graines augmentent rapidement la sensation de satiété. Résultats, votre impression d’avoir bien mangé dure plus longtemps et vous avez moins envie de grignoter entre les repas, ce qui peut vous aider à limiter votre apport calorique.

3. Un allié contre le diabète

La grande quantité de fibres et la couche gélatineuse que les graines de chia forment permettent de ralentir l’assimilation des glucides et la conversion de ceux-ci en gras lors de la digestion. Ceci permet la stabilisation de la glycémie, en évitant des montées brusques du taux de sucre dans le sang.

4. Un renfort des dents et des os

Grâce à leur importante teneur en calcium, les graines de chia permettent de renforcer la solidité des dents et des os. Deux cuillères à soupe (soit 18 g) assurent 13% des apports journaliers en calcium : en cas d’intolérance au lactose, ces graines sont de bons alliés de la santé osseuse et peuvent également contribuer à la prévention de l’ostéoporose.

5. Une alternative aux oeufs

Compatibles avec un régime végétalien et pour les personnes qui y sont allergiques, les graines de chia sont une excellente alternative aux oeufs. Grâce à leurs propriétés gélatineuses au contact d’un liquide, les graines de chia forment un substitut idéal aux oeufs pour toutes vos recettes de pâtisserie. Pour cela, mélangez 1 cuillère à soupe de graines à 3 cuillères à soupe d’eau et laissez reposer 15 à 30 minutes. Le gel formé remplace très avantageusement un oeuf !

  • Graine de Chia Bio 250 gr (Salvia hispanica)
  • Issu de l’agriculture biologique AB
  • Prendre 15 gr. Se consomme tel quel, réhydraté, mélangé à un yaourt, compote, pâtisserie ou salade.

6. Un aliment compatible avec le régime sans gluten

De plus en plus reconnue, l’intolérance au gluten touche de nombreuses personnes. Aucun traitement médicamenteux n’existant encore à l’heure actuelle, l’exclusion du gluten est donc un souci quotidien des malades. Les graines de chia, exemptes de gluten, sont compatibles avec cette alimentation et permettent de varier les apports.

7. Un apport protéique important

Les protéines sont des macronutriments dont l’importance est primordiale au sein de notre alimentation. Elles aident en effet le corps à renouveler ses cellules et ont un rôle structural dans la formation des tissus. Avec 23% de protéines, les graines de chia permettent d’enrichir ces apports sans avoir forcément recours à des protéines animales issues de la viande, et limitent par la même occasion le taux de cholestérol.

8. Des antioxydants contre certaines maladies

Les graines de chia sont remplies d’antioxydants, qui ont la propriété d’empêcher la formation de radicaux libres, composés instables qui contribuent au vieillissement des cellules. En consommer permettrait ainsi de limiter les risques de cancers, mais également de préserver la peau et de garder une apparence jeune et saine.

9. Un cœur protégé

Grâce à leur taux exceptionnel d’oméga-3 (plus que dans les graines de lin ou le saumon !), les graines de chia participent à la bonne santé du système cardiovasculaire. En effet, ces “bonnes graisses” permettent de réguler la tension artérielle, améliorent l’élasticité des vaisseaux et contribuent à faire baisser le taux de triglycérides.

10. Un cerveau boosté

En plus de protéger le coeur, les oméga-3 aident au bon fonctionnement du cerveau. Ils participent à construire et à maintenir les membranes cellulaires malléables, ce qui représente un avantage majeur pour les fonctions cognitives. Encore un bon point pour la graine de chia !

11. Une meilleure régulation du sommeil

Parmi les acides aminés apportés par la consommation de graines de chia, le tryptophane a un rôle essentiel, celui d’augmenter les niveaux de sérotonine et de mélatonine, deux hormones contribuant à un sommeil réparateur et à un stress amoindri.

12. Une peau nourrie de l’intérieur

De par leur richesse en oméga-3 et en antioxydants, les graines de chia nourrissent véritablement la peau de l’intérieur, en améliorant sa souplesse et en luttant contre les irritations cutanées grâce à leurs propriétés anti-inflammatoires.

Comment consommer les graines de chia ?

chia

Possédant un goût doux et assez neutre, les graines de chia peuvent être utilisées comme base ou pour agrémenter toutes sortes de plats, sucrés comme salés. Pour profiter de tous leurs bienfaits, il est préférable de faire tremper les graines avant de les manger, la gélatine se formant autour des graines assurant une meilleure digestion et une meilleure assimilation des nutriments qu’elles procurent.

Parmi les multiples utilisations qu’il est possible d’en faire, en voici quelques unes que vous ne tarderez pas à adopter au quotidien :

  • goûtez les fameux puddings aux graines de chia, aux nombreuses déclinaisons et à préparer la veille avec un lait végétal pour laisser aux graines le temps de gonfler, puis à agrémenter de fruits frais pour un petit-déjeuner plein de vitalité ;
  • ajoutez une cuillère à soupe de graines de chia dans un yaourt ou un smoothie pour profiter de leurs bienfaits et être rassasié plus longtemps ;
  • saupoudrez les graines sur une salade de crudités ;
  • enrichissez vos céréales et mueslis d’une cuillerée de graines ;
  • intégrez ces graines dans vos recettes de pain aux céréales, ou réduisez-les en poudre pour les utiliser en tant que complément à la farine ;
  • remplacez les oeufs dans vos recettes de pâtisserie, en laissant reposer pendant 15 à 30 minutes une cuillère à soupe de graines avec 3 cuillères à soupe d’eau ;
  • épaississez vos sauces grâce au pouvoir gélifiant naturel des graines de chia ;
  • mélangez une cuillère à soupe de graines dans un verre d’eau pour couper la faim dans l’après-midi.

Pour conclure…

Si les qualités nutritionnelles des graines de chia ne sont plus à prouver, il est toutefois impossible de citer toutes les utilisations que permet cette petite graine tant elles sont nombreuses ! Elles constituent un atout de poids dans le cadre d’une alimentation saine et diversifiée, et participent activement à votre capital santé.

Connaissiez-vous les graines de chia ? N’hésitez pas à partager avec nous vos recettes préférées, et à en parler auprès de votre entourage !

 

Sources

http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=chia_salba_ps
http://www.comment-economiser.fr/bienfaits-graines-de-chia.html
http://www.lasantedanslassiette.com/au-menu/articles/graines-chia-bienfaits.html
http://selection.readersdigest.ca/cuisine/nutrition/6-bienfaits-impressionnants-des-graines-de-chia/
http://www.chaudron-pastel.fr/2011/11/02/graine-chia-salba-seeds-proprietes-nutritionnelles-comment-cuisiner/
http://www.inkanat.com/fr/arti.asp?ref=graines-chia-information-proprietes-benefices

Les femmes enceintes françaises surexposées à certains métaux comme l’arsenic et le mercure

En cause, la consommation de poissons et crustacés.

Click Here!

Les femmes enceintes françaises sont surexposées à certains métaux parmi lesquels l’arsenic et le mercure. C’est ce que montre une étude de Santé publique France dévoilée ce mardi 19 décembre et repérée par Le Monde.

Pour le volet périnatal du programme national de biosurveillance, commandé par les ministères de la santé et de l’environnement, des prélèvements ont été effectués au moment de l’accouchement sur 4145 femmes en 2011. Parmi ces prélèvements, du sang de cordon, les urines, des cheveux et du sérum.

Du mercure chez 91% des femmes

Treize métaux ont été recherchés dans ces échantillons: l’aluminium, l’antimoine, l’arsenic total, le cadmium, le césium, le chrome, le cobalt, l’étain, le mercure, le nickel, le plomb, l’uranium et le vanadium.

A l’exception de l’uranium, tous ont été mesurés dans l’organisme des femmes enceintes ayant participé à l’étude. Les taux varient selon les métaux. Le plomb et l’arsenic, par exemple, ont été retrouvés chez 100% des femmes et nouveaux-nés. Le mercure est lui présent chez 91% des femmes.

Les principaux modes d’imprégnation du mercure et de l’arsenic sont la consommation de poissons et crustacés, alors que pour le plomb, cela peut aussi venir du tabac, de l’alcool, de l’eau du robinet, des légumes ou du pain.

Consommation élevée de produits de la mer

Comme le souligne Le Monde, la concentration de mercure et d’arsenic est supérieure à celle mesurée sur la même période en Europe centrale de l’Est et aux États-Unis, ce qui pourrait s’expliquer par une consommation française plus élevée de produits de la mer.

Quelles sont les conséquences de cette surexposition? « L’exposition pendant la grossesse à ces polluants pourrait avoir des répercussions sur la santé de l’enfant et de la mère. Mais il est encore trop tôt pour mesurer les effets sanitaires sur les enfants », souligne Clémence Fillol, l’une des auteurs de l’étude. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) ajoute que, « contrairement à la viande, le poisson apporte certains acides gras qui ne sont pas substituables mais que, manque de chance, ils sont très contaminés ».

L’Anses recommande de consommer du poisson deux fois par semaine et de diversifier les espèces de poissons consommés. Pour les femmes enceintes et allaitantes, l’Agence recommande d’éviter les poissons les plus contaminés (requins, lamproies, espadons, marlins et sikis), ainsi que de limiter la consommation de poissons susceptibles d’être fortement contaminés à 150g par semaine.

Il s’agit du tome 2 du volet périnatal du programme national de biosurveillance. Le premier volet, publié l’an dernier, avait mis en avant la présence de polluants organiques tels que le bisphénol A, les phtalates et des pesticides dans les prélèvements.

source : http://www.huffingtonpost.fr/

Comment se désintoxiquer du sucre en 10 jours

Tout sur les labos ! Click Here!

Avez-vous réellement besoin de vous désintoxiquer du sucre ? Voici 3 tests, si vous répondez « oui » à l’une de ces questions, une cure de désintoxication de sucre est votre passeport pour vous sentir bien perdre du poids sans douleur :

Le premier est le test du diabète.

  • Êtes-vous pré-diabétique ou diabétique de type 2 ?
  • Avez-vous de la graisse au niveau du ventre ?
  • Êtes-vous en surpoids ?
  • Avez-vous envie de sucre et de glucides ?
  • Avez-vous un taux élevé de triglycérides, un faible taux de HDL (« bon cholestérol) ou vous a t-on dit que votre taux de sucre dans le sang était un peu élevé ?

Le second est le test de dépendance à la nourriture.

  • Vous arrive-t-il de manger sans avoir faim ?
  • Vous êtes-vous déjà senti mal après avoir mangé ?
  • Vous sentez-vous mal concernant vos habitudes alimentaires ou évitez-vous certaines activités à cause de votre alimentation ?
    Obtenez-vous des symptômes de sevrage lorsque vous réduisez ou arrêtez de manger du sucre ou de la farine ?

Le troisième est le test de toxicité.

se désintoxiquer du sucre
Les symptômes comprennent des ballonnements, des gaz, des reflux, le symptôme du côlon irritable, des douleurs articulaires ou musculaires, le brouillard du cerveau, des problèmes de mémoire ou des sautes d’humeur, des symptômes d’allergie et plus encore. Nous sommes des millions à avoir ce syndrome et nous ne nous rendons pas compte que nous ne sommes qu’à quelques jours de la santé et du bonheur.

2- Arrêtez complètement le sucre

Le seul moyen de gérer une véritable addiction physiologique est de l’arrêter complètement. Les toxicomanes n’ont pas le droit à une seule ligne de cocaïne ou à un verre. Pour vous désintoxiquer du sucre, vous devez arrêter complètement, c’est le seul moyen de remettre vos neurotransmetteurs à zéro. Il est également souhaitable d’éviter au maximum durant ces 10 jours les plats industriels déjà préparés, pour consommer principalement des aliments frais.

Cessez de consommer toute forme de sucre, les produits à base de farine, et les édulcorants artificiels qui augmentent les envies et ralentissent le métabolisme, et provoquent un stockage des graisses. Débarrassez-vous aussi de tout ce qui contient des graisses trans ou hydrogénées et le glutamate monosodique. Idéalement, pendant 10 jours, évitez les aliments en boite, emballés ou qui ont une étiquette. Tenez-vous en aux produits frais.

3- Ne buvez pas vos calories

se désintoxiquer du sucre

Toute forme de sucre liquide est pire que de la nourriture solide contenant du sucre ou de la farine. Boire des boissons sucrées revient à envoyer un shoot direct de sucre à votre foie. Ce sont des calories vides qui vous conduisent à manger davantage au cours de la journée, et vous vous retrouvez avec la fameuse graisse autour du ventre .

Vous ne vous sentez pas rassasié, donc vous mangez plus tout au long de la journée et vous avez envie de plus de sucre et de glucides. C’est également la principale source de calories dans notre alimentation.

Cela inclut les sodas, les jus de fruits autres que les jus verts de légumes, les boissons pour sportifs, et les thés ou les cafés sucrés.

Une canette de soda par jour augmente les risques d’être obèse de 60 pour cent et les risques de diabète de type 2 pour un femme de 80 pour cent.

4- Ajoutez des protéines à votre alimentation

Consommer des protéines à chaque repas, et particulièrement au petit-déjeuner, est la clé pour maintenir l’indice de glycémie et le niveau d’insuline à des niveaux acceptables, mais aussi pour éviter les fringales. Commencez votre journée avec des œufs fermiers ou une boisson protéinée.

Utilisez des noix, des graines, des œufs, du poisson, du poulet ou de la viande nourrie à l’herbe pour les protéines à chaque repas.

5- Ne vous limitez pas sur les bons glucides

Oui, vous avez bien lu, il n’est pas nécessaire de limiter votre consommation de glucides…tant que ce sont des bons glucides ! Il s’agit ainsi de tous les légumes non féculents comme les légumes verts, la famille des brocolis (chou-fleur, chou frisé, chou) les asperges, les haricots verts, les champignons, les oignons, les courgettes, les tomates, le fenouil, les aubergines, les artichauts, les poivrons, pour n’en citer que quelques-uns.

Évitez les pommes de terre, les patates douces, les courges d’hiver et les betteraves, seulement pendant 10 jours. Éliminez également les céréales et les haricots.

6- Remplacez le sucre par les matières grasses

Ce ne sont pas les matières grasses qui font grossir, c’est le sucre. Les matières grasses vous rassasient, équilibrent votre taux de sucre dans le sang, et sont nécessaires pour alimenter vos cellules. Avec les protéines, consommez de bonnes bonnes graisses à chaque repas et collation y compris les noix et les graines (qui contiennent aussi des protéines), l’huile d’olive extra vierge, huile de coco extra vierge, les avocats et les oméga-3 provenant des poissons.

7- Soyez prêt pour les urgences

Ayez toujours un petit en-cas sur vous sain et équilibré qui vous évitera de vous jeter sur le premier aliment sucré venu en cas de coup de barre. Vous pouvez prendre des noix, des amandes, des graines de citrouilles, des myrtilles, une conserve de sardine ou de saumon.

8- Surveillez votre niveau de stress

Lorsque vous êtes stressé, vos hormones deviennent folles. Le cortisol augmente ce qui donne faim, provoque un stockage des graisses au niveau du ventre, et conduit à un diabète de type 2. Des études indiquent que prendre des respirations profondes active un nerf spécial, appelé le nerf vague.

Prenez 5 respirations profondes. C’est quelque chose que vous pouvez faire n’importe où, à tout moment. Il suffit de prendre cinq respirations profondes lentes en comptant jusqu’à cinq. Cinq fois. C’est tout. Faites-le à chaque situation stressante ou vague de panique. Regardez ce qui se passe.

9- Luttez contre l’inflammation

Des études montrent que l’inflammation provoque des déséquilibres de sucre dans le sang, augmente la résistance à l’insuline et favorise le prédiabète et le diabète de type 2.

Les sensibilités alimentaires cachées, telles que les produits laitiers et le gluten, sont une source importante d’inflammation.

Les coupables les plus courants sont le gluten et les produits laitiers. Nous avons souvent un besoin impérieux d’aliments auxquels nous sommes allergiques.

Arrêtez le gluten et les produits laitiers pendant 10 jours. Ce n’est pas facile d’arrêter, mais après seulement 2 ou 3 jours sans eux vous aurez un regain d’énergie, moins d’envies, et les symptômes les plus courants disparaîtront.

10- Soignez votre sommeil

Un manque de sommeil entraîne des envies de sucre et glucides en affectant les hormones de l’appétit. Dans une étude réalisée sur des étudiants, seulement deux heures en moins sur les huit heures de sommeil recommandées ont conduit à une augmentation des hormones de la faim, une baisse des hormones coupe-faim, et de grandes envies de sucre et de glucides raffinés.

Alors, que pensez-vous de ces conseils pour se désintoxiquer du sucre ? Vous semblent-ils applicables dans votre vie quotidienne? N’hésitez pas à nous donner votre avis dans  les commentaires  et à partager d’autres conseils.

Source : http://thespiritscience.net/2015/06/27/how-to-completely-detox-from-sugar-in-10-days/