Confiance et estime de soi …

document3

L’ESTIME PERSONNELLE EST LE RÉSULTAT D’UN LONG APPRENTISSAGE QUI DÉBUTE DÈS L’ENFANCE…

Le nouveau né est dépendant de l’adulte, qui répond à ses besoins, le monde extérieur lui apparait donc d’autant plus accueillant s’il sait pouvoir compter sur celui-ci et sur son regard bienveillant et valorisant.

L’adolescent sera d’autant plus rassuré s’il se sent reconnu dans son identité et soutenu par ses proches.

« L’estime de soi est donc à la source de nos actes et de nos pensées! »

Elle explique la majorité de nos comportements, de nos émotions et de nos peurs.

Elle peut, soit nous donner la force de faire face aux nombreuses épreuves de la vie, soit nous enfermer dans des comportements inadaptés qui aboutissent toujours à nuire à notre qualité de vie, voire à notre santé.

QU’EST CE QUE L’ESTIME DE SOI?

  • « Comment je me perçois? »
  • « Ce que je perçois de moi me plaît-il ? »

Trois questions primordiales permettent de mieux comprendre et d’analyser (sans porter de jugement):

  1. « Est-ce que j’aime ce que je suis ? »
  2. « Est-ce que je suis capable de réussir par moi-même ? »
  3. « Est-ce que je suis capable d’avoir un projet de vie personnel ? »

  1. « EST-CE QUE J’AIME CE QUE JE SUIS ? »,

unknown-5

« C’est en apprenant à s’accepter tel que l’on est, à aimer sa propre personne (sans devenir narcissique) avec ses qualités et ses défauts, que l’on se donne le droit d’être aimé en retour… »

Cet amour inconditionnel et lucide permet de vivre nos erreurs et nos échecs sans désespérer et sans s’apitoyer sur son sort.

Mais cet amour sans condition n’est malheureusement pas innée, il s’acquiert dès la petite enfance si les conditions favorables sont réunies : « notamment à travers la présence et l’amour inconditionnel de nos parents… »


    2. « EST-CE QUE JE SUIS CAPABLE DE RÉUSSIR PAR MOI-MÊME ? »,

…c’est  la fameuse « confiance en soi » !

Elle s’appuie sur notre propre conscience de nos compétences,  s’acquiert et se développe par l‘apprentissage et l’expérience.

  • A-t-on le sentiment d’être efficace ou doué pour faire quelque chose ?
  • A-t-on le sentiment de pouvoir agir en apportant la bonne solution, de prendre la décision qui s’impose ou de pallier à un imprévu au bon moment ?

« C’est notre capacité à AGIR sans remettre au lendemain, à ne pas subir et savoir refuser (notre capacité à dire « NON »)… »


    3. « EST-CE QUE JE SUIS CAPABLE D’AVOIR UN PROJET DE VIE PERSONNEL? »,

  • Développer la capacité de croire que l’on peut être meilleur,
  • Accepter de se projeter dans le futur sans peur,
  • Se donner les moyens d’atteindre ses objectifs.

Nous devons nous préserver des phénomènes de transfert et de contre-transfert notamment pendant l’enfance, où nous sommes des« éponges » perméables aux attentes, aux désirs et aux stimulations du monde extérieur (et notamment aux ambitions écrasantes de nos parents).

Ces projections familiales conditionnent souvent cette confiance, car l’enfant recherche un « regard approbateur »à travers les encouragements de ses parents. Il intériorise les perceptions et les jugements valorisant ou dévalorisant de ces derniers.

« L’être humain est, très jeune, façonné par le regard des personnes et notamment des plus proches. »

Les séances de SOPHROLOGIE vont permettre au pratiquant d’agir rapidement sur cette capacité:

  • en favorisant la pleine présence et l’ouverture,
  • en apportant rapidement plus d’autonomie.

Vous allez progressivement :

  1. Accepter et reconnaitre les choses telles qu’elles sont,
  2. Prendre conscience du moment présent (attention et contemplation)
  3. Revisiter le passé avec un regard neuf,
  4. Envisager l’avenir avec confiance .

« L’estime de soi est donc, à la fois la résultante et la cause de nos comportements car elle influence notre manière de penser et donc d’entrer en action. »

Je vous propose de découvrir la sophrologie en séance collective ou individuelle, chez vous ou sur votre lieu de travail .

N’hésitez pas à prendre un premier contact téléphonique pour un échange verbal .

Signature Gilles Taraquois 2

http://www.sophroespacedevie.fr

 

Publicités

L’ail Noir et ses vertus incroyables

CONNU DEPUIS L’ANTIQUITÉ, L’AIL EST UN EXCELLENT CONDIMENT. C’EST AUSSI UN VÉRITABLE REMÈDE, D’OÙ SON SURNOM D’HERBE AUX NEUF VERTUS. IL AIDE À PRÉVENIR LES MALADIES, PRINCIPALEMENT GRÂCE À SA HAUTE TENEUR EN COMPOSÉS ORGANOSULFURÉS ET SON ACTIVITÉ ANTI-OXYDANTE.

 

L’ail frais, néanmoins, ne convient pas à tout le monde : il peut être mal digéré et son odeur tenace peut  indisposer. Ces effets désagréables de l’ail frais sont dus à l’allicine, un oxydant qui est libéré lorsqu’on mâche ou coupe le bulbe. Les études scientifiques montrent pourtant que l’ail ne doit pas nécessairement être de l’ail frais pour être efficace, pas plus que son odeur n’est nécessaire pour que la santé en tire des bénéfices.

Une source alternative d’ail, inodore et plus riche en antioxydants que l’ail frais existe : c’est l’ail noir, un complément alimentaire. L’ail noir est produit de façon hautement standardisée, en laissant  vieillir de l’ail bio, à température ambiante, pendant 20 mois. Ce processus augmente les niveaux d’anti-oxydants et convertit les composés instables, comme l’allicine, en substances stables, promotrices de santé. Il contient principalement des composés organosulfurés hydrosolubles  et stables, qui sont de puissants anti-oxydants. On trouve entre autre la S-allyl-mercaptocystéine, composé exclusif à l’ail noir, et la S-allyl-cystéine, biodisponible à 98%. L’ail noir contient également quelques composés organosulfurés liposolubles, des flavonoïdes et d’autres nutriments essentiels comme le sélénium.

EFFETS ANTI-OXYDANTS DE L’AIL NOIR

Les radicaux libres causent des dommages à l’ADN, aux lipides et aux protéines, en provoquant des mutations, en  endommageant les membranes cellulaires, en déréglant le fonctionnement des enzymes et en réduisant l’immunité. Ces radicaux libres, déchets du métabolisme normal, sont habituellement neutralisés par les enzymes cellulaires et de petites molécules comme le glutathion, par les vitamines et les minéraux provenant de l’alimentation. Des niveaux élevés de radicaux libres, lors d’inflammations ou d’exposition au soleil, les radiations ionisantes, les polluants, l’exercice physique et certains médicaments  requièrent une protection anti-oxydante supplémentaire, et en son absence, il y a stress oxydatif. Le stress oxydatif joue un rôle dans l’arthrite, l’athérosclérose, les maladies cardiovasculaires, les accidents vasculaires cérébraux, le SIDA, le cancer et dans la mort programmée des neurones (apoptose), qui peut amener à la maladie d’Alzheimer et à d’autres maladies neurodégénératives.
L’ail noir contient plus d’anti-oxydants que les préparations d’ail et l’ail frais, et il renforce les anti-oxydants cellulaires, comme le glutathion, qui aident au maintien de l’immunité et préviennent la toxicité des médicaments. Il contient également des peroxydases qui éliminent les peroxydes toxiques.

 

EFFET DE RÉDUCTION DU CHOLESTÉROL ET DE LA TENSION

Les facteurs majeurs de risque pour les maladies cardiovasculaires et les accidents vasculaires cérébraux sont l’hypertension et des niveaux élevés de cholestérol LDL et de triglycérides. Les études cliniques montrent que l’ail noir et la S-allyl-cystéine peuvent aider à réduire ce risque. Une dose journalière de 2.4-4.8 g  pendant 6 mois a réduit le cholestérol total de 5-7%, et a abaissé les taux de LDL, de triglycérides tout en diminuant la tension, a inhibé l’agrégation plaquettaire et augmenté le HDL. La S-allyl-cystéine, composé principal de l’ail noir, diminue le cholestérol en inhibant sa synthèse via l’enzyme HMA-CoA, en utilisant ainsi le même mécanisme que les statines.
Une autre étude  a montré que l’extrait d’ail noir diminuait les taux plasmatiques de cholestérol et de triglycérides. Chez les patients qui recevaient une alimentation supplémentée par 2% d’extrait d’ail noir, les taux plasmatiques de triglycérides et de cholestérol étaient respectivement inférieurs de 30 et de 15% par rapport au groupe de contrôle.

 

RÉDUCTION DU TAUX D’HOMOCYSTÉINE

Des taux élevés d’homocystéine, qui peuvent résulter d‘une déficience en vitamine B et  en folates sont un risque majeur pour les  maladies cardiovasculaires, les accidents vasculaires cérébraux, la maladie d’Alzheimer et le cancer. Des études précliniques menées à la Pennsylvania State University  ont montré qu’une supplémentation en ail noir diminuait les taux d’homocystéine lors d’une déficience en folates.

 

PROTECTION DU CŒUR ET DES ARTÈRES

Une étude réalisée à l’UCLA a montré qu’une supplémentation quotidienne en ail noir réduisait de nombreux facteurs de risque associés aux maladies cardiovasculaires. Lors d’une étude randomisée, en double aveugle et avec contrôle placebo qui a duré un an, 19 patients cardiaques sous statines  qui ont reçu 1200 mg d’ail noir par jour ont vu l’accumulation de plaque coronaire diminuer de 50%,  leur HDL s’améliorer et les taux d’homocystéine baisser, alors qu’il augmentait dans le groupe placebo. Comme pour les personnes en bonne santé, l’ajout d’ail noir à l’alimentation des cardiaques peut aider à la prévention de l’athérosclérose  et maintenir le cœur en bon état.

ail noir

STIMULATION DE L’IMMUNITÉ ET EFFET ANTIVIRAL

L’extrait d’ail noir augmente l’immunité et aide à combattre les infections. Des études précliniques ont montré qu’on peut prévenir une infection par le virus de l’influenza en ajoutant de l’ail noir à l’alimentation, et est aussi efficace que la vaccination. L’extrait d’ail noir augmente l’activité des macrophages, des cellules de la rate et des cellules natural killer (NK). Il stimule la prolifération des lymphocytes T et augmente la toxicité des lymphocytes pour les cellules cancéreuses.

 

EFFETS ANTIBACTÉRIENS ET ANTIFONGIQUES

L’ail noir inhibe la croissance du Candida albicans, que l’on retrouve souvent chez les patients immunodéprimés, et éradique Heliobacter pylori, qui est liée aux ulcères et cancers de l’estomac. Il protège également le foie contre la toxicité des carcinogènes et du paracétamol, un des antalgiques les plus consommés.

 

EFFETS DE NEUROPROTECTION

Il y a approximativement 10% des personnes de plus de 65 ans qui contractent la maladie d’Alzheimer. L’ail noir possède le potentiel pour protéger le cerveau des conditions neurodégénératives en protégeant les cellules neuronales contre l’apoptose. La S-allyl-cystéine, le composant majeur de l’ail noir, prévient également la mort des neurones qui suit une ischémie et augmente de 30%  par rapport au groupe de contrôle le taux de survie des cellules de l’hippocampe, siège de la mémoire.

EFFETS ANTI-ÂGE

Une prise régulière d’ail noir ou de S-allyl-cystéine a permis de prévenir la dégénération du lobe frontal, améliorant ainsi l’apprentissage, la mémoire et allongeant la durée de vie. L’ail noir a également démontré des effets neurotrophiques, ainsi qu’une capacité à améliorer la libération de sérotonine, ce qui a un effet antidépresseur.

La sécurité de l’ail noir a été confirmée dans des tests toxicologiques et des études cliniques portant sur plus de 1000 sujets. Plus de 400 études scientifiques ont été menées sur l’ail noir, dans des Universités majeures et dans le monde entier. Toutes ces études, qui se sont focalisées sur une variété de facteurs de risque cardiaque comme le cholestérol, l’hypertension, le taux d’homocystéine, l’oxydation du LDLcholestérol, l’inhibition de l’agrégation plaquettaire, mènent à la même conclusion :
Une prise régulière d’extrait d’ail noir est indiquée dans le cadre global d’une alimentation saine et ne présente pas d’effets secondaires.
Une formule entièrement naturelle qui permet de réduire le mauvais cholestérol tout en augmentant le bon cholestérol de manière aussi efficace que les médicaments classiques mais qui ne présente aucun effet secondaire.

 

Le policosanol  est une  substance naturelle, extraite de la canne à sucre, qui joue un rôle essentiel  dans la  prévention  des maladies  cardiovasculaires par  son action hypocholestérolémiante  et  antiagrégante  plaquettaire. Le  Policosanol  diminue  la  production  de cholestérol par le foie.
Des études scientifiques récentes et nombreuses (plus de 60 essais cliniques sur plus de 3 000 patients) démontrent que le policosanol est aussi efficace que les médicaments classiques (notamment les statines) pour faire baisser le cholestérol. De plus, le policosanol fait non seulement baisser le taux de LDL (« mauvais cholestérol ») de 13 % à 25 %, selon les résultats des études, mais lorsqu’il est pris à long terme, il fait aussi augmenter le taux de HDL (« bon cholestérol ») de 8 % à 29 %.

 

L’ail noir est un ail spécialement fermenté dans le but de supprimer son odeur caractéristique mais surtout afin de développer des substances actives qui ont de nombreux effets thérapeutiques et qui n’existent pas dans l’ail classique.
Par exemple, la S-Allyl-Cystéine (SAC) est un composant clé extrait de l’ail noir et qui est responsable des effets cardioprotecteurs démontrés par de nombreuses études cliniques (Phytomedicine, Volume 17, Issue 13, November 2010, Pages 1016–1026). En effet, l’ail noir possède de nombreuses propriétés thérapeutiques dont la réduction des facteurs de risque de maladie cardiovasculaire par :

  • la diminution des lipides sanguins comme le cholestérol et les triglycérides,
  • une inhibition de l’agrégation plaquettaire (fluidification du sang),
  • une amélioration de la circulation,
  • une réduction de la tension artérielle chez les hypertendus.

 

L’inositol hexanicotinate
Dans plusieurs recherches cliniques, la niacine (vitamine B3) s’est révélée aussi efficace que  les  médicaments  pour  réduire  le  LDL et augmenter le HDL, et semble jouer sur plusieurs  autres  facteurs  menant  aux maladies cardiovasculaires.

 Acheter de l’ail noir 

 

 

Les incroyables bienfaits du sel rose de l’Himalaya

Avez-vous déjà entendu parler des incroyables cristaux de sel de l’Himalaya qui viennent directement des montagnes de l’Himalaya ? Il regorge de certains bienfaits assez étonnants et c’est un aliment de base incroyable à ajouter à votre garde-manger. C’est une excellente alternative au sel de table, voici pourquoi.

Histoire

La formation du sel de l’Himalaya, l’un des plus purs de notre planète, remonte à 250 millions d’années environ, à l’époque où l’océan recouvrait la plus grande partie de la terre. Lorsque la mer a disparu, de puissants mouvements tectoniques se sont produits, donnant naissance aux massifs de l’Himalaya qui, dans leur mouvement, ont fait remonter le sel. Celui-ci se trouve aujourd’hui à une profondeur variant de 400 à 700 mètres.

Sel rose de l’Himalaya Minéraux et énergie

Il doit sa qualité exceptionnelle notamment au fait qu’il a été préservé, dans le sein de la terre, de tous les méfaits de la pollution et des rejets toxiques. Riche en oligo-éléments, (plus de 80), notamment en fer, calcium et potassium, ce sel permet une bonne régénération du sang. Grâce à la structure extrêmement cristalline de ce sel, ces éléments et minéraux peuvent être directement assimilés par les cellules de l’organisme.

Quand vous utilisez ce sel, vous consommez vraiment moins de sodium par dose que le sel de table ordinaire parce qu’il est moins raffiné et les grains sont plus gros. Par conséquent, le sel de l’Himalaya a moins de sel par dose car les paillettes ou les cristaux prennent moins de place que le sel de table qui est fortement traité. D’autre part, en raison de sa structure cellulaire, ce sel stocke l’énergie vibratoire. Les minéraux de ce sel existent sous forme colloïdale, ce qui signifie qu’ils sont suffisamment petits pour que les cellules les absorbent facilement.

Quels sont exactement ses bienfaits ?

Shop for Health products at DreamUniverseOnline.com!

Le sel cristallin va rétablir l’équilibre acido-basique (le PH sanguin) et agira de manière spectaculaire sur la gêne causée par des reflux gastriques chroniques. Puissant détoxiquant (une propriété vérifiée par analyse d’urine), il dissout ou démantèle toxines, déchets et substances nocives présents dans le corps.

Il aide notamment à éliminer les métaux lourds (mercure, plomb) et dissout les dépôts calcaires. Sur le long terme, l’usage de l’eau salée au sel cristallin de l’Himalaya a une action bénéfique sur des affections comme l’arthrose, l’arthrite, les rhumatismes déformants ou les calculs rénaux et biliaires, car il aide l’organisme à briser les dépôts et à les éliminer. Ce faisant, il stimule et régule le transit intestinal, car la réaction de l’intestin ne se fait pas attendre et constitue un signe tout à fait normal de son action.

sel rose de l’Himalaya

Sel rose de l’Himalaya comprend d’autres avantages comme :

  • réduit les signes du vieillissement
  • prévient des crampes musculaires
  • augmente l’hydratation
  • renforce les os
  • abaisse la pression artérielle
  • améliore la circulation

Comparaison du sel de l’Himalaya aux autres sels

Sel de mer

Alors que c’était toujours mieux que le sel de de table, le sel de mer est de plus en plus traité et avouons-le, nos océans sont de plus en plus pollués, chaque année, il suffit de penser aux déversements massifs de pétrole qui ont lieu. Etant donné que le sel rose est gardé intact, cela signifie que c’est le sel le plus pur disponible aujourd’hui.

Sel de table

Le sel de table commercial est complètement débarrassé de la majorité de ses sels minéraux à l’exception du sodium et du chlorure. Il est ensuite blanchi, nettoyé avec des produits chimiques et ensuite chauffé à des températures extrêmement élevées. L’iode que l’on ajoute au sel de table est presque toujours synthétique ce qui empêche notre corps de l’absorber correctement. Il est traité avec des agents antiagglomérants, ce qui empêche le sel de se dissoudre dans l’eau et dans le réservoir de sel.

Ces agents empêchent alors l’absorption du sel dans notre corps, ce qui conduit à une accumulation et au dépôt dans les organes. Cela peut causer de graves problèmes de santé. Des études ont montré que pour chaque gramme de sel de table consommé que le corps ne peut pas traiter, votre corps va utiliser 20 fois la quantité d’eau cellulaire pour neutraliser la quantité de chlorure de sodium qui est présent dans ce sel traité chimiquement.

Ce n’est pas nécessairement le sel qui est mauvais pour la santé. C’est le sel de table raffiné qui est inférieur pour notre santé. Mis à part cela, beaucoup d’entre nous consomment beaucoup trop d’aliments trop transformés qui contiennent des quantités astronomiques de sel, et ce n’est pas le bon pour notre corps.

Il ne s’agit pas de limiter notre quantité de sel, il s’agit de consommer des aliments entiers plus naturels et faits maison. De cette façon, nous pouvons ajouter du sel pendant la cuisson ou en saupoudrer un peu sur nos repas sans avoir à se soucier de l’hypertension artérielle et ainsi de suite.

Manger : Les 7 mauvaises habitudes « après avoir mangé »

Un changement d’habitude est l’une des choses les plus difficiles à faire. Si vous voulez améliorer votre santé et amincir votre corps sainement, essayez de suivre les étapes d’experts ci-dessous, ainsi que ces sept choses que vous ne devriez jamais faire après un repas.

1.Les 7 mauvaises habitudes  Manger et fumer après un repas

Les experts révèlent que cette habitude est plus nocive qu’elle ne semble, car une seule cigarette après un repas a le même effet que si vous aviez fumé 10 cigarettes. Le système digestif traverse intégralement l’ensemble du corps et la nicotine se lie à l’oxygène dans le sang.

2. Manger des fruits après un repas

Votre corps est capable de digérer les fruits très rapidement, et si vous consommez un fruit immédiatement après un repas, le fruit restera dans l’estomac pendant une longue période, en provoquant une décroissance et en libérant des gaz et des toxines. De plus, cela peut favoriser la formation de la cellulite. Donc mangez des fruits quand votre estomac est vide ou deux heures avant ou après un repas.

3. Manger et boire du thé après un repas

Cette habitude n’est pas bonne, même si beaucoup de gens ont fait de cela une habitude de vie. La caféine ou (théine) est l’ingrédient principal dans le thé et elle se lie au fer et ralentit la digestion, cela peut être très mauvais pour les personnes anémiques. Les gens qui ont des problèmes d’anémie ne devraient pas boire de thé au moins une heure après avoir mangé.

4. Les 7 mauvaises habitudes Manger et nager après un repas

Nos grands-mères et nos mères ont tout à fait raison à ce sujet, mais les experts ont également déconseillé de prendre une douche tout de suite après les repas. L’eau améliore la circulation sanguine dans tout le corps, mais après avoir mangé, le sang va à l’estomac où la digestion se déroule. Lorsque nous prenons une douche, un changement brusque dans la température du corps a lieu, donc le sang est nécessaire dans tout le corps.

5. Manger et exercer des mouvements de hanche après un repas

C’est une habitude que nous avons tous, mais des exercices de hanches après un repas peuvent conduire à un enchevêtrement au niveau des intestins et à une digestion dilatoire. De plus, les exercices de hanches peuvent faire prendre du poids.

6. « après avoir mangé » Manger et avoir une activité juste après

Bien que les gens croient qu’une activité physique soit bonne après un repas, la vérité est quelque peu différente. L’activité physique empêche le système digestif d’absorber les nutriments d’un repas. Il est donc plus favorable de faire une promenade, facile et agréable, mais sans plus d’efforts importants.

7. Manger et faire une sieste juste après

Ceci est un autre vieux mythe qui s’est avéré être vrai. Quand nous dormons, toutes les fonctions du corps « s’endorment » avec notre cerveau, et dons il n’est pas recommandé de dormir juste après un repas. La position couchée est également déconseillé car elle n’est pas bonne pour la digestion et les sucs gastriques, cette position empêche la digestion d’avoir lieu convenablement. Et cette habitude peut éventuellement conduire à des problèmes d’estomac.

Les habitudes ne changent pas du jour au lendemain et par conséquent en prendre conscience peut mener à des changements. Éviter ces habitudes vous permettra d’améliorer votre santé et de garder votre corps mince.

 

source : Sandra Véringa

Comment se désintoxiquer du sucre en 10 jours

Tout sur les labos ! Click Here!

Avez-vous réellement besoin de vous désintoxiquer du sucre ? Voici 3 tests, si vous répondez « oui » à l’une de ces questions, une cure de désintoxication de sucre est votre passeport pour vous sentir bien perdre du poids sans douleur :

Le premier est le test du diabète.

  • Êtes-vous pré-diabétique ou diabétique de type 2 ?
  • Avez-vous de la graisse au niveau du ventre ?
  • Êtes-vous en surpoids ?
  • Avez-vous envie de sucre et de glucides ?
  • Avez-vous un taux élevé de triglycérides, un faible taux de HDL (« bon cholestérol) ou vous a t-on dit que votre taux de sucre dans le sang était un peu élevé ?

Le second est le test de dépendance à la nourriture.

  • Vous arrive-t-il de manger sans avoir faim ?
  • Vous êtes-vous déjà senti mal après avoir mangé ?
  • Vous sentez-vous mal concernant vos habitudes alimentaires ou évitez-vous certaines activités à cause de votre alimentation ?
    Obtenez-vous des symptômes de sevrage lorsque vous réduisez ou arrêtez de manger du sucre ou de la farine ?

Le troisième est le test de toxicité.

se désintoxiquer du sucre
Les symptômes comprennent des ballonnements, des gaz, des reflux, le symptôme du côlon irritable, des douleurs articulaires ou musculaires, le brouillard du cerveau, des problèmes de mémoire ou des sautes d’humeur, des symptômes d’allergie et plus encore. Nous sommes des millions à avoir ce syndrome et nous ne nous rendons pas compte que nous ne sommes qu’à quelques jours de la santé et du bonheur.

2- Arrêtez complètement le sucre

Le seul moyen de gérer une véritable addiction physiologique est de l’arrêter complètement. Les toxicomanes n’ont pas le droit à une seule ligne de cocaïne ou à un verre. Pour vous désintoxiquer du sucre, vous devez arrêter complètement, c’est le seul moyen de remettre vos neurotransmetteurs à zéro. Il est également souhaitable d’éviter au maximum durant ces 10 jours les plats industriels déjà préparés, pour consommer principalement des aliments frais.

Cessez de consommer toute forme de sucre, les produits à base de farine, et les édulcorants artificiels qui augmentent les envies et ralentissent le métabolisme, et provoquent un stockage des graisses. Débarrassez-vous aussi de tout ce qui contient des graisses trans ou hydrogénées et le glutamate monosodique. Idéalement, pendant 10 jours, évitez les aliments en boite, emballés ou qui ont une étiquette. Tenez-vous en aux produits frais.

3- Ne buvez pas vos calories

se désintoxiquer du sucre

Toute forme de sucre liquide est pire que de la nourriture solide contenant du sucre ou de la farine. Boire des boissons sucrées revient à envoyer un shoot direct de sucre à votre foie. Ce sont des calories vides qui vous conduisent à manger davantage au cours de la journée, et vous vous retrouvez avec la fameuse graisse autour du ventre .

Vous ne vous sentez pas rassasié, donc vous mangez plus tout au long de la journée et vous avez envie de plus de sucre et de glucides. C’est également la principale source de calories dans notre alimentation.

Cela inclut les sodas, les jus de fruits autres que les jus verts de légumes, les boissons pour sportifs, et les thés ou les cafés sucrés.

Une canette de soda par jour augmente les risques d’être obèse de 60 pour cent et les risques de diabète de type 2 pour un femme de 80 pour cent.

4- Ajoutez des protéines à votre alimentation

Consommer des protéines à chaque repas, et particulièrement au petit-déjeuner, est la clé pour maintenir l’indice de glycémie et le niveau d’insuline à des niveaux acceptables, mais aussi pour éviter les fringales. Commencez votre journée avec des œufs fermiers ou une boisson protéinée.

Utilisez des noix, des graines, des œufs, du poisson, du poulet ou de la viande nourrie à l’herbe pour les protéines à chaque repas.

5- Ne vous limitez pas sur les bons glucides

Oui, vous avez bien lu, il n’est pas nécessaire de limiter votre consommation de glucides…tant que ce sont des bons glucides ! Il s’agit ainsi de tous les légumes non féculents comme les légumes verts, la famille des brocolis (chou-fleur, chou frisé, chou) les asperges, les haricots verts, les champignons, les oignons, les courgettes, les tomates, le fenouil, les aubergines, les artichauts, les poivrons, pour n’en citer que quelques-uns.

Évitez les pommes de terre, les patates douces, les courges d’hiver et les betteraves, seulement pendant 10 jours. Éliminez également les céréales et les haricots.

6- Remplacez le sucre par les matières grasses

Ce ne sont pas les matières grasses qui font grossir, c’est le sucre. Les matières grasses vous rassasient, équilibrent votre taux de sucre dans le sang, et sont nécessaires pour alimenter vos cellules. Avec les protéines, consommez de bonnes bonnes graisses à chaque repas et collation y compris les noix et les graines (qui contiennent aussi des protéines), l’huile d’olive extra vierge, huile de coco extra vierge, les avocats et les oméga-3 provenant des poissons.

7- Soyez prêt pour les urgences

Ayez toujours un petit en-cas sur vous sain et équilibré qui vous évitera de vous jeter sur le premier aliment sucré venu en cas de coup de barre. Vous pouvez prendre des noix, des amandes, des graines de citrouilles, des myrtilles, une conserve de sardine ou de saumon.

8- Surveillez votre niveau de stress

Lorsque vous êtes stressé, vos hormones deviennent folles. Le cortisol augmente ce qui donne faim, provoque un stockage des graisses au niveau du ventre, et conduit à un diabète de type 2. Des études indiquent que prendre des respirations profondes active un nerf spécial, appelé le nerf vague.

Prenez 5 respirations profondes. C’est quelque chose que vous pouvez faire n’importe où, à tout moment. Il suffit de prendre cinq respirations profondes lentes en comptant jusqu’à cinq. Cinq fois. C’est tout. Faites-le à chaque situation stressante ou vague de panique. Regardez ce qui se passe.

9- Luttez contre l’inflammation

Des études montrent que l’inflammation provoque des déséquilibres de sucre dans le sang, augmente la résistance à l’insuline et favorise le prédiabète et le diabète de type 2.

Les sensibilités alimentaires cachées, telles que les produits laitiers et le gluten, sont une source importante d’inflammation.

Les coupables les plus courants sont le gluten et les produits laitiers. Nous avons souvent un besoin impérieux d’aliments auxquels nous sommes allergiques.

Arrêtez le gluten et les produits laitiers pendant 10 jours. Ce n’est pas facile d’arrêter, mais après seulement 2 ou 3 jours sans eux vous aurez un regain d’énergie, moins d’envies, et les symptômes les plus courants disparaîtront.

10- Soignez votre sommeil

Un manque de sommeil entraîne des envies de sucre et glucides en affectant les hormones de l’appétit. Dans une étude réalisée sur des étudiants, seulement deux heures en moins sur les huit heures de sommeil recommandées ont conduit à une augmentation des hormones de la faim, une baisse des hormones coupe-faim, et de grandes envies de sucre et de glucides raffinés.

Alors, que pensez-vous de ces conseils pour se désintoxiquer du sucre ? Vous semblent-ils applicables dans votre vie quotidienne? N’hésitez pas à nous donner votre avis dans  les commentaires  et à partager d’autres conseils.

Source : http://thespiritscience.net/2015/06/27/how-to-completely-detox-from-sugar-in-10-days/